Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Qu'ai-je fait de ma vie? 2001

samedi, 18 octobre 2014 | Qu'ai-je fait de ma vie? 2001

      Qu'ai-je fait de ma vie?, 30x19,4 cm, 2001.

      Cette peinture sur papier est une allusion directe à la disparition en juillet 2001 d'une amie très chère, Christine Bruces-Cerisier. Fut-elle réalisée avant ou après sa mort, je ne peux le préciser. Elle fait référence à une conversation que nous eûmes dans sa chambre d'hôpital sur le sens à accorder rétrospectivement à son parcours existentiel. La question qui fait le titre du dessin peut cela dit s'appliquer aussi à moi, à nous tous par extension. On peut aussi la rapprocher de la citation connue de Chomo, l'ermite-artiste de la forêt de Fontainebleau, qui dit à peu près : "Qu'as-tu fait de ta vie pour que ton dieu soit content?". "Dieu" devant être entendu d'une manière particulière, ce peut être le miroir sacré de la conscience aussi bien qu'une improbable divinité... Pour mon amie qui agonisait, sa vie n'avait été, disait-elle, qu'un ratage immense... Ce que je ne pouvais lui laisser dire. Je lui rétorquai vivement que c'était tout le contraire. Si elle n'avait pas "réussi", au sens où elle serait arrivée à une place que l'on estime généralement enviable, elle avait en réalité accompli cet autre exploit que finalement peu d'individus peuvent se targuer d'avoir pratiqué, elle s'était construite comme "quelqu'un de bien", quelqu'un que tous ceux qui l'avaient approché d'assez près avaient apprécié, et ce petit exploit valait bien toutes les autres "réussites" mises au pinacle dans cette société.

      Elle est représentée nue, parce que je la voyais ainsi, quelqu'un de désirable, se retrouvant au bout de la route dans le même état de dépouillement qu'à sa naissance, perplexe devant le buisson de roses promises par la vie. Son menton semble couvert d'une barbiche, comme une prémonition concernant mon propre visage aujourd'hui – mais pas à l'époque – qui possède cet attribut pileux... La question du titre, je le répète, s'applique à chacun d'entre nous, porteurs de barbiches ou glabres... 

10:02 Publié dans Catégorie des "solitaires", Peintures | Tags : christine bruces, métaphysique, question existentielle, agonie, miroir de la conscience, chomo, symbolisme pictural | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire