Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cherchant le Petit Poucet, 2011

mercredi, 21 août 2019 | Cherchant le Petit Poucet, 2011

     Cherchant le Petit Poucet, 24 x 11 cm, encre, marqueurs fins divers, mine de plomb, marqueurs Posca, stylo blanc, crayons de couleur sur papier, 2011.

     Cette image venue très subitement, imposée à moi, renvoie à l'univers des contes qui m'était cher à l'époque, puisque j'en racontais régulièrement aux enfants de la bibliothèque que j'animais en école primaire, notamment en ateliers-lecture en fin d'après-midi (une BCD). Le Petit Poucet est du reste le premier conte que je commençai à dire, en testant si je pouvais conter, auprès de mon neveu, au cours d'une balade, me semble-t-il en forêt, milieu adéquat...

     Ici, le Petit Poucet n'est pas présent. L'Ogre le cherche, en quête d'une vengeance horrible, une hache pendant au bout de son bras, dont on devine qu'elle est évidemment destinée à l'enfant qui lui a volé ses bottes et l'a poussé à tuer ses sept filles. 

    Il y a incontestablement du laissez-aller chez ce ventripotent, gourmand, glouton qui ne se soigne pas, cédant à tous ses caprices et appétits déréglés. Une étrange poussière dégoutte de sa langue rouge, effilée et aussi longue qu'un serpent, formant tout en bas du personnage un petit tas. Des lanières, des mèches de cheveux gris, peut-être même ce qui ressemble furieusement à une queue (ce qui l'associe à une sorte de démon) flottent derrière lui. Cette figure est bien sûr une figure de hantise, venue du fond des terreurs enfantines jamais complètement enfouies.

19:02 Publié dans Dessins narratifs, Série des "solitaires", Taches interprétées | Tags : contes, petit poucet, ogre, cruauté, hantises enfantines, laissez-aller, ventripotent, gloutonnerie, sadisme, hache | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Ah, je connais bien ce tableau, que j'ai longtemps vu affiché chez vous et que j'ai longuement contemplé. Mais c'est étrange, j'ai toujours cru que le Petit Poucet que l'Ogre (personnage passablement obtus) recherche s'était tout simplement caché… sur lui, dans le pli de son manteau comme dans une poche marsupial, en tant que dernier endroit où ledit ogre aurait l'idée de le chercher. Pour moi, le Petit Poucet était bien dans le tableau, sous forme de ce profil à peine esquissé qu'on aperçoit devant le manche de la hache.

Écrit par : Régis Gayraud | lundi, 16 septembre 2019

Mon commentaire veut suivre la version canonique du conte. Mais il est loisible à tout un chacun de préférer se référer à une adaptation du conte, ce qui est dans l'esprit de la tradition de réception moderne des contes, où l'on réécrit à l'envi ces contes comme le Petit Chaperon Rouge.
Et donc, oui, ce n'est pas bête du tout d'imaginer le Petit Poucet planqué dans une poche de l'Ogre.
Je pense que ce profil d'enfant, effectivement tracé au bas du manteau du grotesque personnage, est la marque mémorielle, ou le logo du conte, symbolique de l'enfant obsédant le besoin de répression de l'Ogre, la figure de son cauchemar pour résumer...

Écrit par : Le sciapode | lundi, 16 septembre 2019

Écrire un commentaire