Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Touchée, ou le Chasseur", une peinture de 1988

mercredi, 11 décembre 2013 | "Touchée, ou le Chasseur", une peinture de 1988

     Touchée, ou le Chasseur, 73x60 cm, acrylique et stylo sur toile, 1988.

     Voici une curieuse tentative de tableau à tendance figurative prononcée. Je voulais alors tenter de me frotter (c'est le cas de le dire, si l'on remarque au bas de la composition que les formes colorées semblables à des morceaux de puzzle sont en réalité des silhouettes de cartes de France, terme imagé et familier qui désigne aussi les taches obtenues par pollutions nocturnes dans les draps...), je voulais tenter de me frotter à la peinture dite naïve, ou figurative poétique. Voir ce que cela donnerait si je peignais autrement que de façon automatique, avec un plan préconçu En l'occurrence, je voulais faire une sorte de portrait allégorique d'un couple, dans le prolongement de ce que j'avais fait les années précédentes en noir et blanc lorsque je fis toute une série de couples étranges, eux-mêmes assez figuratifs (voir exemple publié le 28 ctobre 2013). Le couple en question visait un couple réel qui venait de se créer après ma rupture avec la femme aux grands cheveux roux, yeux clos et bouche cachée/révélée par une feuille morte (réelle si je ne m'abuse, elle fut collée et vernie pour pouvoir résister au temps), que l'on voit à droite. Elle a le sein droit percée d'une flèche que vient de lui décocher l'archer (le "chasseur" du titre) situé à gauche. Ce dernier a rabattu son poing sur son propre cœur ce qui indique d'où provient sa détermination. Cet archer doit être ainsi associé au mythe d'Eros, et ses flèches amoureuses. Mais la femme, si elle a bien été touchée par la flèche, touchée au sens sentimental du mot, n'en saigne pas moins, comme si cette atteinte de l'amour était perçue par moi, l'auteur du tableau, comme une blessure mettant en cause son intégrité. Le petit bonhomme au chapeau comme en paille que l'on voit en bas du tableau, ce pourrait dès lors être moi, qui m'en allais désormais seul et sans amour. Une autre blessure sans doute, qui n'apparaît pas de manière aussi évidente que celle de la femme au sein sanguinolent...

10:40 Publié dans Peintures | Tags : couples, peinture figurative, art naïf, figuration poétique, figuration allégorique, chasseur, cartes de france, pollution nocturne, éros, solitude, archer, flèches, feuille morte | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.